Rap d’une décennie pas facile

Rap d'une décennie pas facile

 

Je bloque mes difficultés pour pas que ce soit elles qui me bloquent.

Les difficultés c'est quand je manque de dialogue. Quand je manque de dialogue, je suis très mal. C'est très difficile de polémiquer ou parlementer. Depuis tout petit, la parole est dure pour moi.

A l'époque, un jeudi matin sur deux, à l'IM-pro, il y avait un groupe de parole pour apprendre à s'exprimer. Ca m'a aidé à faire mes opinions.

Je viens au foyer car j'aime participer aux ateliers, aux sorties, aux réunions. Apprendre à s'en sortir, à améliorer les choses par rapport à mes difficultés. Je viens pour travailler la solitude. Et quand on me demande d'apprendre à lire et à écrire, je ne le fais pas car j'ai honte d'avoir des problèmes, d'avoir des tension, que ça parte en embrouille, en freestyle.

Quand j'entends mon frère, j'ai une grosse difficulté à le rejoindre alors qu'au fond de moi j'ai envi. J'ai peur qu'on se mette pas d'accord.

Quand j'ai un problème, je le garde pour moi, j'ai du mal à l'évoquer à la personne concernée. Que ce soit un gros ou un tout petit problème. Je manque de courage.

J'aime faire des blagues mais je ne connais que le cache-cache. J'ai jamais fait de magie de ma vie mais j'aimerai faire disparaitre des objets, comme une boite de crayon, une tasse de café, une guitare.

Ou alors faire apparaitre...

 

 

Martial